Bactériosol® : fertilisant universel, naturel et efficace pour vos jardins
Accueil Procédé Marcel Mézy Mode d'emploi et avantages Jardinage & environnement Témoignages On en parle
ENDIVES
EndivesDes professionnels des légumes témoignent dans toute la France



"Ce que je vois avant tout, c'est mon portefeuille."


Jean Claude Mazingarbe Gaec Mazingarbe à Sainghin en Mélantois (Nord)
150 hectares Endivier


« C'est le président de France Endive dont je suis administrateur qui, un jour, alors que nous étions en voiture ensemble, m'avait parlé de Bactériosol®. Il m'avait dit : « C'est un produit qu'on apporte à la terre et qui donne un coup de fouet au niveau de la vie microbienne ». C'était il y a cinq ans. Dans la foulée, j'ai rencontré quelqu'un de la Sobac. On a bien discuté et j'ai compris que c'était des micro-organismes qu'on remettait dans le sol et qui en amélioraient la structure.

Cette année-là, j'en ai pris quatre tonnes. J'ai fait des essais moi-même sur des parcelles d'endives bien délimitées. C'est à l'arrachage que j'ai vu les premières différences. Là où il y avait eu du Bactériosol®, dans un champ qui collait un peu, ça s'arrachait bien et les racines étaient propres et belles. J'ai attaqué là où il n'y avait pas de Bactériosol® à la même vitesse, c'est à dire à 3-3,5 km/h mais au bout de cinquante mètres j'ai été obligé d'arrêter. La racine était enrobée de terre. J'ai réduit la vitesse, je suis passé à 2 km/h et même un peu moins. C'était un peu mieux, mais il y avait encore de la terre sur la racine et elles n'avaient pas la même régularité.

La deuxième année, j'ai mis du Bactériosol® Renforcé sur pratiquement toutes mes terres à endives : 150 kilos/ha pour les précoces, 100/120 kilos pour les tardives. La racine récoltée est beaucoup plus riche et a beaucoup plus de vigueur. En salle de forçage, il a fallu que je baisse la température à -2,5°/-3° dans l'air ambiant, là où avant j'étais à -1°. La racine est tellement riche qu'elle continue à pousser il faut donc plus la refroidir pour stopper la croissance.

Au niveau des intrants chimiques, les engrais complets c'est terminé et on diminue en azote. Je me rappelle que mon professeur de production végétale nous disait que pour le maïs il fallait 100-100 et 100, à savoir 100 unités d'acide phosphorique, 100 de potasse et 100 d'azote. Au départ on est pris dans ces schémas et on est sceptique. Et puis quand on vous explique le phénomène Bactériosol®, vous comprenez que l'acide phosphorique et la potasse, c'est dans la roche-mère et qu'en y associant Bactériosol® c'est tout un phénomène de transformation qu'on remet en route. C'est un concept qu'il faut réussir à se mettre dans la tête et il faut faire des essais soi-même. Maintenant, je n'y vois plus que des effets positifs.


"C'est sûr qu'on a pris de l'avance sur nos collègues restés en traditionnel."

C'est vrai qu'il faut réapprendre aux gens la vie de la terre. On a longtemps pensé que la terre était une structure qui était là pour nourrir la plante et la faire pousser. Que c'était un support. Il faut réapprendre à tous que ce support, il vit. Qu'il ne suffit pas de lui apporter que des patates et de la viande. Qu'il lui faut aussi un légume, un petit gâteau, un peu de sucre, une boisson. Un sol, c'est comme ça : il faut l'aider à développer tout ce qu'il peut donner.

Le produit prend de l'ampleur, on commence à en parler autour de nous. J'ai un voisin qui fait du plant de pommes de terre qui s'y est mis. Il dit que ses premières constatations sont incroyables, qu'il arrache beaucoup moins de terre, qu'il met beaucoup moins de doses d'engrais et qu'il gagne énormément en régularité de tubercules et enfin, qu'il obtient un tonnage supérieur.

J'ai un cousin qui utilise Bactériosol® pour ses poireaux et ses carottes. Il me dit que c'est surtout en carottes que c'est incroyable, au niveau du calibre et de la régularité du produit. C'est sûr qu'on a pris de l'avance sur nos collègues restés en traditionnel. A la fois, je ne suis pas dans une logique bio, je ne me vois pas revenir à la binette pour désherber. Mais en culture raisonnée, nous pouvons réduire les intrants de façon spectaculaire. Sur les prairies, nous avons commencé il y a trois ans. Avant, on prenait un engrais spécial pâtures. Acide phosphorique, potasse, un peu de magnésie, un peu d'azote, ça nous coûtait très cher. Sur une pâture, j'ai fait un essai : moitié Bactériosol®, moitié engrais spécial. En fin de campagne, c'était impressionnant de voir comment le trèfle était revenu. Et puis, en février, malgré un hiver froid, on a des pâtures qui sont vertes.


Un sol beaucoup plus homogène

Mais ce que je vois quand même avant tout, c'est mon portefeuille. Depuis que j'utilise Bactériosol®, c'est indéniable, j'ai un gain financier important. Quand avant on était à 130/140 euros de coût à l'hectare, aujourd'hui on est à 100 euros. Il y a un gain de temps et donc une économie avec le tracteur grâce à un sol beaucoup plus homogène. Nous avons un tonnage final plus important et enfin, au niveau de la régularité des racines d'endives, la différence est incroyable.


"Un sol qui a retrouvé toutes ses caractéristiques."

En fait, aujourd'hui je regarde ma terre différemment. Une anecdote pour finir : j'ai un entrepreneur qui arrache les betteraves pour moi. Il n'y a pas longtemps il y a eu une bonne averse de 4/5 millimètres. Il a attendu une demi-heure et il a repris à l'arrachage. Lui, il sait à quoi c'est dû, et quand il constate ce genre de phénomène avec un sol qui absorbe à nouveau l'eau, un sol qui a retrouvé toutes ses caractéristiques, il dit à l'agriculteur : « T'as mis des bébêtes ? » C'est comme ça qu'il appelle le Bactériosol®. Il ne se rappelle jamais du nom ».

VIDÉOS
PROCÉDÉ MARCEL MÉZY

Une nouvelle méthode pour se débarrasser des algues vertes

Marcel Mézy, Marcel Mazoyer, témoignage éleveur - France 3 - mars 2013

Un fertilisant aux multiples vertus gagne du terrain

Marcel Mézy et Jacques Legros, Président du jury des ECOTROPHEES DU CADRE DE VIE

Marcel Mézy, l'alchimiste de la terre

Bactériosol élu grand trophée d'or Eco-produit 2009