Bactériosol® : fertilisant universel, naturel et efficace pour vos jardins
Accueil Procédé Marcel Mézy Mode d'emploi et avantages Jardinage & environnement Témoignages On en parle
CULTURES MARAICHÈRES
MaraîcherDes professionnels des légumes témoignent dans toute la France


"J'ai moins besoin d'arroser et je n'ai pas mis le moindre insecticide cette année."


Olivier Dubois Gaec Dubois frères à Templeuve (Nord)
3 hectares en légumes. 20 hectares en grandes cultures


« Nous sommes deux frères en Gaec sur des cultures maraîchères. Nous vendons directement sur cinq marchés de la région lilloise. Notre production est très diversifiée : tomates, aubergines, poivrons, carottes, poireaux, endives de terre, oignons, choux. Nous venons de commencer le panais et nous allons élargir la gamme avec le rutabaga.

J'avais entendu parler du Bactériosol® par des endiviers qui en disaient beaucoup de bien. Ils parlaient de l'amélioration de la structure du sol, des racines, de la qualité du produit. Nous nous sommes dits : pourquoi pas ? d'autant que par rapport à l'engrais dont le prix ne cessait de monter, nous étions en recherche d'une autre démarche. Mais nous étions quand même avant tout dans une démarche environnementale. Pour entrer dans une logique comme la nôtre, il faut déjà avoir la volonté de faire bouger les choses. Nous cherchons sans cesse à améliorer plutôt qu'à entretenir. Cette année, on fait toutes nos surfaces en Bactériosol®. J'ai déjà senti les premiers effets. Au printemps, sur les salades et les épinards, c'était flagrant. Tout d'abord l'aspect : c'était plus vert, plus luisant. Notre objectif, c'est d'améliorer la qualité, la présentation, le goût. Il faut faire du « beau » naturel… Sur les marchés, les gens savent comment nous travaillons. Nous pourrions envisager de passer en bio mais ça me paraît un peu cher en terme de main-d'œuvre. Nous serions obligés de vendre trop cher. Je préfère rester en raisonné. C'est mon frère qui fait les marchés. Il fait état du mode de culture que nous pratiquons. Il faut qu'on le fasse plus savoir mais ce n'est pas facile de faire passer l'information. Il faut trouver la bonne formule.


"À la conservation, les carottes se déshydratent moins."

Je ne mets plus de phosphore ni de potasse sur l'exploitation ; huit tonnes que je ne mets plus. A la place, je mets trois tonnes de Bactériosol® pour une campagne. L'économie réalisée est de 3 500e par rapport à la facture d'engrais de l'année dernière.


"Je n'ai pas mis le moindre insecticide cette année."

Je peux résumer ainsi mes premières constatations : A l'arrachage, sur les carottes et les pommes de terre, on s'aperçoit que la terre ne tient pas dessus. Les pommes de terre sont plus calibrées, plus régulières. Les carottes sont plus orange, plus colorées, leur peau est plus brillante. À la conservation, les carottes se déshydratent moins. Elles gardent leur eau . C'est l'effet du non-stress de la racine. Je n'ai pas mis le moindre insecticide cette année.
En terme de sécheresse, j'ai moins besoin d'arroser, il y a moins d'exigences de la part du légume. D'habitude, mes carottes, je les mets là où je peux arroser. Cette fois-ci, je les ai mises en plaine et j'ai eu des carottes et des panais magnifiques ».

VIDÉOS
PROCÉDÉ MARCEL MÉZY

Une nouvelle méthode pour se débarrasser des algues vertes

Marcel Mézy, Marcel Mazoyer, témoignage éleveur - France 3 - mars 2013

Un fertilisant aux multiples vertus gagne du terrain

Marcel Mézy et Jacques Legros, Président du jury des ECOTROPHEES DU CADRE DE VIE

Marcel Mézy, l'alchimiste de la terre

Bactériosol élu grand trophée d'or Eco-produit 2009